Qui sommes-nous
|
Publicité
|
               
Immobilier o maroc tout l'immobilier du Maroc dans un seul site!
JE RECHERCHE :
VENTE LOCATION BUREAUX & COMMERCES LOCATIONS SAISONNIÈRES
 Budget Min : 
Budget Max :
Référence du bien :
Recherche Avancée
financement guide pratique pour maroc agences immobilières recherches des visiteurs alerte placer une annonce

annonces d'immobilier
Le site d'annonces d'mmobilier au Maroc
RECHERCHE AVANCÉE
PLACER UNE ANNONCE
bon a savoir Bon à Savoir
Retraite au Maroc?
Prix Immobilier Maroc
Avantages Fiscaux au Maroc
Marché Immobilier au Maroc
Avant d'Acheter au Maroc
Financement biens marocains
Simulation credit immobilier
Créer une Entreprise au Maroc
Vacances au Maroc
agences immobilieres Agences Immobilières ?
Création de site Immobilier
Logiciel Immobilier immoweb
Référencement site immobilier
Offre d'emploi en immobilier
Liste Recherches
services utiles Services Utiles
Création de site internet
Services web au Maroc
Alerte immo
annuaire utiles Annuaires Utiles
Agences Immobilières Maroc
Notaires du Maroc
Agences de Voyages Maroc
Agences Location de Voitures
Entreprises de Construction
Entreprises de Déménagement
Entreprises d'aménagement
Main d'oeuvre utiles
Banques pour financement
Adresses Utiles au Maroc
decouvrire le maroc Découvrir le Maroc
Le Maroc ?
Cartes de Villes
Liens pratiques
Les ville du Royaume :

Prix de l'immobilier au Maroc

L’immobilier est l’un des secteurs les plus dynamiques au Maroc, certes il a enregistré durant certaines périodes de fortes fluctuations, mais globalement c’est un secteur assez solide grâce à l’afflux des marocains et des étrangers sur les différents biens immobiliers que ce soit dans le cadre de biens résidentiels, commerciaux ou autres.

Facteurs influençant les prix de l’immobilier




Plusieurs éléments et facteurs influencent le prix de l’immobilier au Maroc. La conjoncture économique globale et le comportement du marché constituent des éléments clés surtout en ce qui concerne l’évolution de l’offre et de la demande. D’un autre côté la superficie du bien et son emplacement affectent la détermination du prix de même que la typologie de l’immobilier (foncier, résidentiel, commercial ou industriel), les différentes fonctionnalités et finitions qu’il offre, entre autres.
La zone géographique impacte indubitablement le prix de l’immobilier dans le royaume, ainsi certaines villes enregistrent une importante hausse de prix, plus que d’autres c’est le cas de Tanger, Marrakech et Casablanca. Ceci peut être expliqué par la forte concentration de la population dans ces régions suivant le développement économique.




Regard sur le secteur immobilier au Maroc

Les actifs immobiliers au Maroc ont grandement évolué en termes d’importance, de densité et de prix. Au cours des dernières années, le résidentiel a connu une hausse de 1,5% dans l’ensemble. Un tel constat est principalement dû à l’augmentation des prix des appartements de 2,4 et des maisons de 0,3%, tandis que les tarifs des villas ont baissé de 4,2%.

Pour certaines régions, une baisse a été constatée au niveau de la demande comme est le cas de Tadla-Azilal, Chaouia-Ouardigha, Souss-Massa-Darâa et Meknès-Tafilalt, au moment où le reste des régions ont connu une augmentation variant entre 0,7% et 16,5%, confirmant la disparité de l’évolution des prix de l’immobilier au niveau régional.




Indicateurs par catégorie de logement 


Les prix de l’immobilier au Maroc varient en fonction de l’offre et la demande par catégorie de logements. Ainsi pour les appartements par exemple, les prix ont connu une stagnation . Ceci dit cet état des choses varie d’une ville à une autre. Par exemple dans les villes d’Agadir, de Marrakech et de Meknès, les prix ont baissé, tandis que les autres villes enregistrent une progression positive. Comme on a pu le constater, ce mouvement baissier des prix des appartements au niveau national tient essentiellement au recul observé dans certaines grandes villes. D’un autre côté, le volume des ventes des appartements a également fluctué et pour les appartements, il représente 89% de l’ensemble des transactions immobilières. Mais depuis quelque temps ce segment a été touché par un repli et à des proportions inégalées variant d’une cité à une autre.

Côté maisons individuelles, une baisse de 1,2% a marqué le segment mais cette chute a été observée dans certaines villes plus que d’autres et plus particulièrement à Casablanca, Eljadida et Tanger. Mais cette baisse a boosté le volume des transactions qui a augmenté de 21,7% sur une année.   Pour les villas, les prix se sont contractés de 0.4%, néanmoins, ceci n’a pas encouragé l’acquisition de ce type d’actif immobilier, dont le nombre de transactions a chuté de 4,2%.

Il faut dire qu’après le boom de 2007 où le volume des transactions a connu une importante évolution de 50%, le nombre des ventes est en repli constant. Ce recul concerne l’ensemble des catégories de logements et plus particulièrement dans les grandes villes des régions de Souss-Massa-Darâa, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër et Meknès-Tafilalt. Ceci dit la demande actuelle demeure bonne grâce notamment aux MRE et à l’installation des étrangers au Maroc.


Regard sur le secteur immobilier au Maroc


Les actifs immobiliers au Maroc ont grandement évolué en termes d’importance, de densité et de prix. Au cours des dernières années, le résidentiel a connu une hausse de 1,5% dans l’ensemble. Un tel constat est principalement dû à l’augmentation des prix des appartements de 2,4 et des maisons de 0,3%, tandis que les tarifs des villas ont baissé de 4,2%.
Pour certaines régions, une baisse a été constatée au niveau de la demande comme est le cas de Tadla-Azilal, Chaouia-Ouardigha, Souss-Massa-Darâa et Meknès-Tafilalt, au moment où le reste des régions ont connu une augmentation variant entre 0,7% et 16,5%, confirmant la disparité de l’évolution des prix de l’immobilier au niveau régional.
Indicateurs par catégorie de logement 

Les actions à entreprendre
Au regard de la morosité qui a marqué le secteur de l’immobilier ces dernières années, un certain nombre d’actions ont été prévues pour le relancer. En effet l’Etat a procédé à la défiscalisation totale des investissements dans le logement social ce qui explique la forte ruée vers ce segment par les investisseurs. En effet un million d’unités profitent de la convention de l’Etat et 100 000 unités sont mises en chantier annuellement. Même avec l’abondance de l’offre, le prix reste élevé pour de nombreux marocains, un état dû principalement aux marges bénéficiaires des promoteurs immobiliers, très élevés atteignant les 24% soit trois fois plus élevées que la moyenne européenne. De ce fait il devient nécessaire que les investisseurs immobiliers ciblent mieux leurs marchés au lieu de verser vers la tendance afin d’éviter les méventes. D’un autre côté il faut réduire la marge bénéficiaire d’au moins 50% afin de baisser les prix et de relancer les achats par la même occasion.

Le moyen standing est également concerné car il n’est pas toujours accessible à la classe de destination, au regard du décrochage des prix par rapport à la capacité d’achat et à la solvabilité des acquéreurs potentiels. Quant aux maisons individuelles et aux villas, ce segment est destiné principalement à une classe aisée ou aux étrangers qui s’installent au Maroc et dont le prix de l’immobilier marocain demeure à leur portée par rapport aux prix pratiqués en Europe par exemple.